Controverse après la publication d’une photo de NKM évanouie et à terre

0 6

Agressée par un passant, Nathalie Kosciusko-Morizet s’est évanouie, ce jeudi, à Paris. Des médias ont diffusé la photo de la politique au sol. Un cliché que des lecteurs jugent problématique.

Agressée sur un marché de la 2e circonscription de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet a fait un malaise et s’est évanouie quelques minutes, ce jeudi. Un journaliste de l’AFP présent sur place et a pris une série de clichés de la scène, ainsi que de l’élue inconsciente, allongée à terre. L’agence a mis les photos à la disposition de ses clients sur sa base. 

Très vite, certains médias ont diffusé le cliché en question [L’Express a choisi de ne pas diffuser l’image mais une contenu émanant de l’AFP, publié automatiquement sur notre site, a brièvement contenu la photo polémique], comme La Chaîne Parlementaire (qui l’a, depuis, retirée de son site), ou Le Point.  

Tout aussi vite, des internautes, dont Christiane Taubira, se sont indignés de la diffusion d’une image montrant une personne dans une situation de vulnérabilité particulière.  

Certains soulignant même qu’il aurait bien mieux valu diffuser les photos de l’agresseur, en fuite. 

L’AFP renvoie à “l’appréciation” de ses clients médias

Contactée par L’Express, l’AFP assume pleinement la diffusion de ces photos. “Une personnalité publique, candidate aux élections législatives, se faisant agresser et ayant, à la suite de cette agression, un malaise lui faisant perdre connaissance plusieurs minutes, est une information qui justifie, pour une agence de presse comme l’AFP, d’être relatée en texte et en image”, explique l’Agence France Presse.  

“Une rédactrice et un photographe de l’AFP étaient présents et ont assisté à la scène. Compte tenu de l’intérêt légitime de cette information et de la nature des photos, nous avons considéré pour notre part qu’il relevait de notre mission de les divulguer”, ajoute l’agence. En revanche, souligne l’AFP, “il appartient à nos clients de procéder à leur appréciation, dans le choix de l’illustration de ce fait d’actualité”. Contacté par nos soins, le rédacteur en chef de LCP n’a pas répondu à nos appels. Le rédacteur en chef du Point n’a, de son côté, pas souhaité faire de commentaire.  

En 2013, lorsque Christine Boutin avait fait un malaise lors d’une manifestation de la Manif pour Tous, la question ne s’était alors pas posée. La photo de la politique,étendue, avait été reprise partout, et énormément moquée sur les réseaux sociaux. La politique avait même confié son amusement face aux nombreux montages circulant sur Twitter. 

Lire la suite depuis la source

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

commentaires

Chargement...