Infographie: à quoi pourrait ressembler l’Assemblée après le tsunami Macron

0 4

Parité et renouvellement

Féminisée à 43,8 %, la future assemblée battra des records. Battus grâce à LREM, le meilleur élève en matière de parité (48,2%), ce qui explique pourquoi 90% des futures députées seront des marcheuses.  

Le futur hémicycle ne devrait compter que 91 députés sortants sur 577, soit à peine un député sur six. Parmi eux, 27 marcheurs qui portaient, dans une vie antérieure, l’étiquette PS pour 20 d’entre eux, et le brassard PRG ou EELV pour les 7 autres. 

Le renouvellement se verra aussi sur les photos, qui vont se colorer. Nous avons identifié 38 députés issus de la diversité parmi les 555 élus en métropole, dont une bonne moitié d’origine maghrébine. Mais nos élus viendront aussi d’Ukraine, du Vietnam, du Togo ou du Sénégal (deux représentants chacun), du Rwanda ou de la République centrafricaine. Pas de doute, la future assemblée en marche sera plus colorée que la sortante. 

Famille Jupiter ou Famille En Marche! (473 députés)

Nos projections prédisent une armada de 473 députés, qui dépasse les plus optimistes des projections proposées jusqu’ici, et pourtant, cela n’a rien de surprenant. Le chiffre pourrait même encore grimper jusqu’aux 500 unités qui frapperaient vraiment les esprits. Dans notre estimation, la fourchette va de 395 députés dont l’élection est “certaine” à 509 députés dont l’élection est “possible”,et le chiffre de 473 députés correspond à une hypothèse médiane. 

A LIRE >> La carte des vainqueurs, circonscription par circonscription 

Cela tient au mode de scrutin, qui amplifie mécaniquement dans les urnes toute domination d’un parti sur les autres. Mais cela tient surtout au fait que, dans les duels de dimanche prochain, les candidats LREM ont un atout maître que n’avaient pas leurs prédécesseurs: une position centrale qui leur assure de gagner quasiment à tous les coups. Face à la droite, La République en marche rassemble la gauche. Et devant un candidat de gauche, les électeurs de droite affluent vers celui de LREM. La martingale parfaite. 

C’est d’autant plus vrai que LREM n’a pas investi n’importe qui n’importe où. Dans les fiefs de droite, les candidats LREM sont le plus souvent des élus locaux venus de l’UDI ou du Modem. Dans les terres de gauche, on ne compte plus les militants PS de toujours, affublés aujourd’hui de l’étiquette En marche! Car le mouvement n’est pas monolithique. Il y a bien sûr des novices de la politique, mais pas autant que la geste macronienne voudrait nous en convaincre.  

Sur les 473 députés potentiels, nous en avons “politiquement” identifié 261, soit 55%. Et seulement 212 candidats vraiment novices, des marcheurs “purs et durs”. Sur les 261 ex-élus ou ex-militants encartés, 143 ont fait leurs armes à gauche (81 au PS, 11 au PRG, 8 chez les écologistes, 43 étaient divers gauche) et 118 à droite (66 au Modem, 22 à l’UDI, 8 chez LR et 14 en tant que divers droite). Ça promet de l’animation dans un groupe parlementaire LREM pour le moins bariolé… 

Famille de droite ou ce qu’il en reste (62 députés)

Nos projections promettent à la droite entre 33 et 119 sièges, une fourchette particulièrement large, due au nombre important de duels très serrés entre jeunes marcheurs et élus de droite très bien implantés. 

62 anciens ont une sérieuse chance de triompher dimanche, dont une douzaine ont été “protégés”, puisqu’ils n’affrontaient aucun candidat LREM au premier tour. Hormis Christian Jacob et l’UDI Jean-Christophe Lagarde, peu de noms connus dans la liste des 62 futurs députés qui sauveraient leur peau. La faute aux électeurs en marche qui devraient dimanche chasser du Palais Bourbon quelques ténors: Eric Ciotti, NKM, Jean Lassalle, Nicolas Dupont-Aignan, Claude Goasguen, Gilles Carrez, Valérie Boyer, Eric Woerth… 

Famille Solférino (14 députés)

Le PS pourra-t-il former un groupe parlementaire – rassemblant au minimum 15 membres? Rien n’est moins sûr. Nos projections lui promettent entre 4 et 24 députés, et probablement 14. Dont 11 ont été “protégés” et 3 seulement ont vaincu un adversaire LREM. 

Abandonné par les siens, Manuel Valls pourrait paradoxalement être l’un des seuls socialistes à siéger dans la future Assemblée nationale.

PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Les rescapés seraient Guillaume Garot, l’ancien maire de Laval, Jean-Louis Bricout, un des sortants les plus menacés par la vague frontiste, dans l’Aisne, et Serge Letchimy, vieux lion de la politique martiniquaise. Les trois héros seront accompagnés par 11 socialistes préservés par le nouveau président, dont quelques ténors comme Manuel Valls, Stéphane Le Foll ou Marisol Touraine. 

Famille insoumise

La France insoumise revendique 75 candidats au second tour, nous en avons comptabilisé 66, pas un de plus. Et bien peu sont en position de l’emporter, le mouvement n’ayant dépassé 20% des voix que dans 9 circonscriptions sur 66. Selon nos projections, ils devraient obtenir entre 5 et 7 députés, très difficilement plus. Les plus probables sont Clémentine Autain, Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, Ugo Bernalicis à Lille et Caroline Fiat à Pont-à-Mousson. On est loin du compte pour un groupe insoumis autonome à l’Assemblée. 

Famille communiste

Les candidats PCF ne seront que 13 au second tour. Moins nombreux mais mieux implantés, ils ont obtenu en moyenne 25% des voix au premier tour et dépassé les 20% dans 11 circonscriptions. Selon nos projections, le PCF pourrait compter entre 6 et 9 députés

Les plus probables sont Marie-George Buffet, André Chassaigne, Alain Bruneel, Fabien Roussel, Jean-Paul Lecoq et Stéphane Peu. Il reste une petite chance de l’emporter pour Pierre Dharréville à Martigues et Elsa Faucillon à Gennevilliers mais ce sera compliqué. La perspective d’un groupe autonome s’éloignant, il faudra bien composer avec les insoumis, qui ont pourtant coûté plusieurs sièges au PCF. 

Famille frontiste

Les candidats FN sont nombreux au second tour, 118 au total. Ils devraient se contenter de 1 à 9 députés, très difficilement plus et probablement une seule, Marine Le Pen. 

Les autres vainqueurs potentiels se nomment Chenu, Ravier, Bilde, Emmanuelle Ménard ainsi que quatre autres candidats moins connus – dont une certaine Hortense de Méreuil. Mais peu de chances de victoire pour Florian Philippot, Gilbert Collard, LouisAliot ou Hervé de Lépinau, le successeur de Marion Maréchal-Le Pen à Carpentras. 

LÉGISLATIVES >> Recevez en temps réel les résultats de votre ville. 

Lire la suite depuis la source

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

commentaires

Chargement...