Porsche remporte les 24 Heures du Mans pour la troisième fois de suite

0 6

SPORT AUTO. Déjà victorieuse en 2015 et 2016, l’équipe allemande réalise un triplé en s’imposant cette année grâce à Earl Bamber, Timo Bernhard et Brendon Hartley.

Porsche assoit encore un peu plus sa domination sur les 24 Heures du Mans. Écurie la plus titrée, l’équipe allemande a décroché dimanche sa 19e victoire sur la mythique course d’endurance, grâce aux Néo-Zélandais Earl Bamber et Brendon Hartley, et à l’Allemand Timo Bernhard. Le trio a devancé l’Oreca-Gibson n°38 du Jackie Chan DC Racing, pilotée par le Chinois Ho-Pin Tung, le Britannique Oliver Jarvis et le Français Thomas Laurent, qui aurait pu devenir à 19 ans le plus jeune vainqueur de la course. 

À quelques heures de l’arrivée, la Porsche n°2 était pourtant largement distancée, mais elle a réalisé une incroyable remontée. Elle a aussi profité des abandons de nombreux favoris, en particulier chez Toyota. Alors qu’il semblait bien parti pour remporter son premier succès lors des 24 Heures du Mans, le constructeur japonais a vu ses rêves s’envoler dans la nuit de samedi à dimanche. Deux de ses voitures ont abandonné et la troisième a été immobilisée trop longtemps pour pouvoir prétendre à la victoire. 

Le triplé pour Porsche

En tête après les ennuis de Toyota, la Porsche n°1 a également dû se retirer dimanche midi de cette 85e édition en raison d’un problème au niveau de son moteur. Ce coup du sort a permis à l’Oreca-Gibson n°38 de prendre les commandes, à la surprise générale puisqu’elle appartient à la catégorie LMP2 (Le Mans Prototype 2), qui regroupe des bolides moins puissants que les LMP1 dont fait partie la Porsche n°2, qui a fini par la dépasser peu avant 14h.  

LIRE AUSSI >> 24 Heures du Mans: cinq conseils d’un pilote pour réussir sa course 

Après un ultime passage aux stands, Earl Bamber, Brendon Hartley et Timo Bernhard ont ensuite parfaitement géré la fin de course pour passer en tête le drapeau à damiers et ne pas connaître le même scénario vécu l’an passé par Toyota, qui avait laissé filer la victoire dans les toutes dernières minutes à cause d’un incident technique. Déjà sacrée en 2015 et 2016, Porsche confirme sa suprématie sur les 24 Heures du Mans en réalisant ce triplé. La seule Toyota rescapée, elle, a terminé à la 9e place. 

Lire la suite depuis la source

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

commentaires

Chargement...